Quelles sont les étapes d’un transfert de production ?

1) La préparation du projet : il s’agit de collecter toutes les données d’entrée, et de définir les grandes lignes du déroulement prévisionnel du projet.

Les données d’entrée sont notamment : les besoins explicites et implicites, le périmètre, les délais et les contraintes de production.

Il s’agit alors de définir : les grandes phases et les jalons du projet, les risques du projet, les principales orientations pour l’implantation, la liste des prestataires à consulter, la constitution des stocks, l’organisation de production pendant et après le transfert, la structure OBS et WBS du projet.

La structure OBS (Organizational Breakdown Structure) est un outil de gestion de projets. C’est un schéma qui représente les responsabilités de chaque membre pour chaque tâche d’un projet. L’OBS répond aux questions : Qui (quels) sont les Acteurs / Compétences / Responsabilités / Disponibilités / Relations / Interdépendances qui sont nécessaires au bon déroulement de ce projet.

La structure WBS (Work Breakdown Structure) est une décomposition hiérarchique, axée sur les tâches et activités, du travail que l’équipe projet doit exécuter pour atteindre les objectifs, et produire les livrables attendus. Le WBS est constitué d’éléments. Chaque élément correspond à une tâche ou à un ensemble de tâches du projet. Le premier élément d’un WBS est le projet lui-même : il porte donc le nom du projet. De celui-ci découlent d’autres éléments qui représentent chaque sous-tâche du projet, catogorisés par métier/domaine.

Le WBS a pour but d’aider à organiser le projet, à établir la planification de référence et le budget prévisionnel. Il permet également de déléguer et de contractualiser la mission confiée à chaque acteur.

2) La définition des données d’entrée du projet : le planning détaillé, le lancement de la consultation des prestataires et le choix de ces derniers.

3) La constitution des stocks : la réservation des matières premières et des composants et les contraintes matérielles s’y rattachant (stockage amont et aval, la gestion des délais de péremption …), la gestion des conflits entre série et constitution du stock de transfert, la modification de l’organisation de production  y afférant, le suivi des stocks, la conservation des stocks.

4) Le diagnostic des machines de production et de transfert. Selon les cas, cette étape peut être réalisée ou non. Cela permet de faire un diagnostic technique, selon la profondeur que vous souhaitez sur les machines que vous voulez évaluer. Un transfert est le bon moment pour réaliser un diagnostic complet et exhaustif de l’ensemble des machines concernées.

5)Le démontage des machines à transférer, l’enlèvement et le déménagement des machines non concernées par le projet.

6) La mise à jour des machines concernées par cette opération. Cette étape doit être menée avec la plus grande rigueur. Elle peut être longue et doit être pilotée de façon très fine et préparée avec le plus grand soin. Elle se retrouve très souvent sur le chemin critique. Cette mise à jour ne s’effectue donc pas selon un mode de qualification séquentiel, mais doit être réalisée en parallèle des autres tâches.

7) Le transfert physique des machines de la zone A vers la zone B est réalisé à cette étape. Selon le type de transfert, cette étape sera consommatrice de plus ou moins de ressources matérielles et/ou humaines. L’utilisation d’une ou plusieurs grue(s) peut être nécessaire comme l’utilisation de cars à fourches de grandes dimensions. En fonction du projet, cette étape peut présenter d’importants risques lors de la manutention des machines. Cette tâche doit s’effectuer avec des personnels qualifiés et avoir été minutieusement préparée. A noter qu’il est fortement conseil de vérifier la qualification du personnel avant de démarrer cette opération.

8) Le raccordement aux énergies et fluides, la mise en route et les essais de bon fonctionnement du processus sont réalisés à cette étape.

9) Les essais de qualification produit/process sont alors effectués. Voici les items vérifiés à cette étape :

  • Audit qualité du processus : vérifier que les exigences du projet du point de vue qualité sont tous respectés. Il faut vérifier que ce qui est écrit est bien réalisé,
  •  Qualification produit : vérifier que tous les couples produits/processus existants   fournissent des produits conformes en terme géométrique selon les exigences client (plans, cahier des charges, normes, etc. …),
  • Qualification processus : en plus de l’audit qualité du processus, les indices de capabilité sont vérifiés selon les exigences client. Sont également vérifiés les documents de l’ingénierie processus (gammes, mesures conservatoires…).

10) Une journée de validation pleine cadence est effectuée afin de valider les temps de cycle et les composantes du TRS par rapport aux exigences de départ du projet. Idéalement, toutes les équipes de production doivent être examinées (équipes 3×8 en semaine + équipes 2×12 en S/D). En général, seules les équipes en 3×8 semaine sont examinées

Conclusion

Les transferts de production sont des projets et doivent être gérés comme tels. Les ressources associées à ces projets doivent être à la mesure des enjeux.

Si la planification des activités place un nombre important d’activités sur le chemin critique, alors, un retard sur une tâche peut entraîner un retard l’ensemble projet. Les activités présentes sur le chemin critique doivent donc être clairement identifiées et transmises à chaque membre de l’équipe projet. Le suivi doit être aussi effectué de façon efficace et très rigoureuse.