Peux-tu succinctement te présenter ? Age, parcours pro ?

Yannig, 37 ans, 14 ans d’expérience dans la qualité et fiabilité dans les domaines de l’automobile et de l’aéronautique.

Quel est ton métier ? En quoi consiste-t-il ? (Mission, rôle)

Je suis Ingénieur Qualité, fiabilité et sûreté de fonctionnement, cela consiste notamment à :

  • vérifier dès la conception que les exigences de fiabilité et de sécurité sont respectées selon les normes en vigueur.
  • mesurer l’impact de non-conformité en terme de fiabilité et de sécurité
  • statuer sur la tenue de ces exigences sur les produits en service. ’
  • analyser et utiliser tout le retour d’expérience nécessaire  pour comprendre et mesurer les différents type de panne et leurs impacts sur le produit / process ou sur l’utilisateur.

J’ai également pour mission d’analyser les origines de toute non-conformité détectée afin de contribuer à leur éradication. Je contribue ainsi à la rédaction de documents qualité (à titre d’exemple, AMDEC, 8D, Arbres des causes, etc.) ou encore, mène des audits internes et/ou externes.

Ces différentes actions seront ensuite utilisées pour bâtir des plans d’actions permettant d’atteindre un niveau de qualité satisfaisant.

Quels sont tes enjeux ? Tes objectifs ?

Les enjeux peuvent être les couts induits par la non qualité, les délais de traitement des non-conformités selon les exigences légales (notamment dans le domaine aéronautique) ou définies par des spécifications particulières, l’atteinte d’un Taux de Rendement Synthétique (TRS) définit

Quels diplômes faut-il ? Quels sont les qualités requises ?

Je suis diplômé d’une Maîtrise en Génie des systèmes industriel et d’un Master en qualité / Fiabilité et Sûreté de fonctionnement.

A mon sens, les qualités requises sont les suivantes :

  • une bonne maitrise des différentes technologies intervenant dans le processus de fabrication ou de fonctionnement du produit en lui-même ;
  • une capacité d’adaptation et un esprit d’analyse ;
  • une aisance relationnelles afin d’échanger avec les différents métiers et interlocuteurs très variés dans ce domaine (BE, Production, achat, industrialisation…),

Depuis combien de temps exerces-tu ce métier ? (si cela fait longtemps) As-tu vu une évolution sur tes missions ?

J’exerce depuis 14 ans et j’ai effectivement vu une évolution, mais surtout une grande diversité du métier selon les clients chez qui j’ai travaillé en tant que prestataire ou en interne.

J’apprécie particulièrement mon métier grâce à la diversité et richesse des missions, tant sur un plan technique, environnemental ou humain.

A quoi ressemble une journée type d’ingénieur qualité produit ?

Il n’y a pas forcément de journée type, cela va dépendre des aléas de la production, d’apparition de nouvelles non-conformités et tout ce qui en découle : analyse, tests, échanges avec les différents métiers et reporting à la direction.

Quel est ton rythme de travail ? horaires, déplacements ?

Le rythme de travail peut varier, notamment si l’entreprise travail en 3×8 il peut arriver de devoir venir la nuit mais plus généralement ce sont des horaires classiques d’un ingénieur sédentaire.

Quant aux déplacements, encore une fois, cela dépend des missions. Par exemple, dans le cadre de ma mission actuelle, je suis amené à me déplacer régulièrement chez l’un des fournisseurs afin de comprendre davantage le procédé de fabrication et de contribuer à l’amélioration de la qualité du produit.

Ce qui te plait ? Et ce qui te plait moins ?

J’aime que les journées soient variées et ne se ressemblent pas, l’appréhension et la découverte de différentes technologies, l’échange avec les différents services.

J’apprécie particulièrement toute la phase de recherche des causes, j’aime comprendre comment cela fonctionne et la cause d’un défaut. Naturellement, il est appréciable d’avoir contribué à la résolution d’un problème.

J’apprécie être « sur le terrain » ; a contrario, la partie rédactionnelle et documentaire m’intéresse moins.

Qu’est ce qui est le plus compliqué à gérer/réaliser/résoudre ?

Les défauts se produisant de manière « aléatoire », il est dès lors très difficile d’en connaitre la ou les causes car les essais effectués ne permettent pas de conclure aussitôt mais cela rend l’analyse encore plus intéressante !

Selon toi, quels sont les évolutions professionnelles possibles ?

Il est difficile de répondre à cette question, tant cela dépend de l’entreprise et de sa taille. De manière générale, les ingénieurs peuvent évoluer soit vers un poste avec des responsabilités managériales soit vers une filière plus technique valorisant son expertise.